Comment réduire les factures d’énergie d’une copropriété ?

Maîtriser la consommation énergétique d’une copropriété, c’est bon pour la planète, mais cela permet surtout de réduire les charges et factures individuelles.

Si les copropriétaires adoptent des éco-gestes dans leurs parties privatives, le conseil syndical peut également insuffler une dynamique dans les parties communes. La Maison Atrium Gestion vous accompagne en vous proposant quelques pistes d’actions concrètes.

Réduire les dépenses d’éclairage des parties communes

L’éclairage représente en moyenne 10% de la consommation électrique des copropriétés.
Qu’il s’agisse d’éclairage intérieur dans les parties communes ou de dispositifs liés à des espaces extérieurs ou parking, plusieurs solutions sont envisageables.

Commençons par remplacer les ampoules classiques par des LED. Investir dans des ampoules LED est un bon calcul.  À titre d’exemple, le remplacement d’une ampoule de 75W allumée 3 heures par jour par une ampoule LED de 8W d’une intensité lumineuse équivalente vous fera économiser 10€ par an soit 100€ sur 10 ans. Notons que c’est aussi 8 remplacements d’ampoules en moins1 compte tenu de leur longévité.

Pensez à bannir en priorité de votre copropriété les ampoules halogènes ainsi que les tubes fluorescents, très énergivores et qui peuvent aisément être remplacés par de l’éclairage LED.
Réduisons ensuite la durée de fonctionnement des dispositifs lumineux en installant des minuteurs ou des détecteurs de passage selon la configuration des lieux (couloirs, escaliers, caves, parkings, locaux techniques et même ascenseurs). Solutions automatiques qui offrent en prime plus de confort aux habitants.

Faire des économies, c’est l’affaire de tous les copropriétaires

Partant du principe que les petits ruisseaux font les grandes rivières, sensibiliser les copropriétaires aux petits éco-gestes a du sens.

Plutôt que de laisser le soin aux râleurs de houspiller les têtes-en-l’air qui oublient d’éteindre les lumières ou de refermer rapidement les portes donnant sur l’extérieur, on peut mettre en place une dynamique positive et surtout collective. Celle-ci peut par exemple prendre la forme d’affichettes humoristiques placées aux endroits stratégiques des parties communes.

Il résulte d’une enquête de l’ADEME que les ascenseurs représentent 1/5e des dépenses des copropriétés. Même si le coût total repose sur leur maintenance mais également sur leur consommation d’énergie, on peut aisément agir sur ce second poste. Celui-ci varie selon l’année de fabrication de l’appareil. Pour un ascenseur des années 1960, la consommation en électricité (hors éclairage) est estimée à 3 400 kWh par an (soit environ 600€), contre 2 000 et 650 kWh par an s’il a été fabriqué dans la dernière décennie.

Alors, pourquoi ne pas inciter avec légèreté les copropriétaires qui le peuvent à lui préférer les escaliers, un moyen d’intégrer l’activité physique dans la vie quotidienne.

Limiter les charges de chauffage en copro

Poste de dépense très important, le chauffage est qui plus est un sujet litigieux opposant les frileux et les économes. Les tarifs énergétiques qui augmentent auront sans doute au moins l’avantage de mettre tout le monde d’accord sur la nécessité de limiter le chauffage.

Relevons tout de même qu’il faut au préalable s’assurer qu’il n’y a pas d’importants écarts de rendements de chauffage entre plusieurs appartements (à isolation équivalente). Auquel cas il faudra vérifier que d’anciennes canalisations en métal ne sont pas obstruées ; problème que l’on peut solutionner rapidement grâce à un désemboueur magnétique (sorte d’aimant très puissant). Autre défaut technique qui peut être diagnostiqué : une mauvaise répartition hydraulique. Ce dernier peut être réglé à moindre coût par l’installation de robinets d’équilibrage.

La plupart des syndicats de copropriété ont d’ores et déjà décidé d’allumer le chauffage plus tardivement cette année. Réduire également la température attendue fait souvent partie des résolutions, sachant qu’un degré de moins permet de réaliser en moyenne 7% d’économie sur la facture énergétique2.

Dans des bâtiments bien isolés, on peut encore aller plus loin en misant sur l’inertie pour descendre le thermostat la nuit. Solution qui peut induire une économie supplémentaire de 8% sur la consommation de chauffage.

Rappelons qu’optimiser le rendement des installations de chauffage (et aussi d’eau chaude) passe par un parfait entretien des appareils, mais aussi par une bonne isolation des tuyaux. Ainsi, leur calorifugeage (dans les sous-sols, couloirs et autres espaces non chauffés) peut vous permettre, à moindres frais, de limiter les déperditions d’énergie.

Outre le chauffage, on peut aussi réduire la consommation des VMC (22% des dépenses énergétiques des copropriétés selon l’ADEME) en les mettant en position minimum.

Bien entendu, dans certains bâtiments plus anciens, c’est une mauvaise isolation qui est le plus souvent à l’origine de factures de chauffage dispendieuses. Dans ce cas, seuls des travaux de rénovation énergétique peuvent apporter une véritable solution. Ils peuvent d’ailleurs s’inscrire dans le Plan Pluriannuel de Travaux de votre copropriété.

Vous l’aurez compris, Le développement durable est au cœur de nos préoccupations. Nos gestionnaires de copropriété sont à vos côtés pour vous conseiller et vous sensibiliser aux travaux d’amélioration énergétique du bâtiment tout en optimisant vos charges liées au chauffage et à la production d’eau chaude sanitaire.

1 source Le Club Led
2 source ADEME (Agence pour la défense de l’environnement et la maîtrise de l’énergie)

Un cas concret : la copropriété Tour Défense 2000

La Tour Défense 2000, immeuble d’habitation le plus haut de France, se situe comme son nom l’indique dans le quartier de la Défense, sur la commune de Puteaux.

Son conseil syndical, très impliqué dans la maîtrise de leurs dépenses énergétiques, échange fréquemment avec leur gestionnaire Atrium Gestion pour identifier et mettre en place des éco-gestes très concrets dont voici quelques exemples :

– Il a été décidé de retarder le plus possible la remise en marche du chauffage et de réduire significativement la température de consigne.

– Dès cet été, nous avons opéré un désembouage lent d’une partie du réseau pour faciliter la circulation du chauffage et ainsi économiser de la puissance.

– L’ensemble du personnel de sécurité est sensibilisé à la réduction de l’éclairage dans les locaux communs et parties communes.

– Le chiffrage d’équipements visant à réduire le coût global de l’éclairage nous a été confié.

– Enfin, la sensibilisation aux éco-gestes a fait l’objet d’un affichage dans les parties communes.

Vous avez des projets de rénovation énergétique pour votre copro ?

Pour comprendre les enjeux, identifier les aides et financements à mobiliser ou encore découvrir les étapes d’un tel projet, rendez-vous sur le site Les Copros Vertes et bénéficiez de ses modules de formation gratuits.

CONTACTEZ UNE DE NOS AGENCES