Salaires des gardiens, des concierges et des employés d’immeuble Les règles de calcul

La détermination du salaire des gardiens et des employés d’immeuble est encadrée par la convention collective nationale des gardiens, concierges et employés d’immeubles. Son article 18 distingue deux catégories.

D’une part la catégorie A qui regroupe les employés d’immeubles, non logés, dont le salaire varie selon le nombre d’heures mensuellement effectuées. D’autre part, la catégorie B qui intègre les gardiens et les concierges, logés, dont le salaire est fixé en unités de valeur, selon les missions effectuées (tâches accomplies, heures de présence, nombre de lots concernés…).

L’évaluation de poste, un élément essentiel

Pour les deux catégories, le salaire dépend aussi, d’après l’article 21, de l’évaluation du poste qui sera faite selon 6 critères : administratif, autonomie, niveau de diplôme, relationnel, supervision et technicité. Chaque critère peut donner lieu à l’octroi de 5 points maximum, le total de ces points fixant le coefficient hiérarchique.

Avantage en nature et primes

Dans le cas d’un gardien ou d’un concierge, il convient de décompter du salaire global la valeur du logement, de son chauffage et de son éclairage, qui constitue un avantage en nature. Celle-ci est fixée de manière forfaitaire, sans forcément refléter son coût réel.

Le salaire peut enfin intégrer une prime d’ancienneté, de tri sélectif, voire un 13ème mois. Il est négocié par le syndic qui doit respecter les minimums salariaux de la convention collective. Payer au-dessus de ces minimums fait l’objet d’un vote en assemblée générale de copropriété.