Locataires, ne laissez pas votre facture d’électricité s’enrhumer

Comment réduire sa facture d’électricité quand on est locataire ?
Voici quelques éco-gestes à adopter.

Commençons par un petit tour dans la cuisine et la buanderie

Dans l’ordre, les appareils les plus gourmands sont ceux produisant du froid (réfrigérateur et congélateur) qui représentent à eux seuls en moyenne 23 % de notre facture annuelle d’électricité1. Viennent ensuite le sèche-linge, le lave-vaisselle, suivis des appareils de cuisson (plaques, four et micro-ondes)2.

Dans la cuisine, on peut limiter notre consommation d’électricité en réduisant l’utilisation des appareils dotés d’une résistance comme le four, la bouilloire ou le grille-pain. Quelques petits réflexes simples à adopter : couvrir les casseroles pour réduire le temps de cuisson, décongeler les aliments à l’air libre plutôt qu’au micro-ondes, dégivrer régulièrement son congélateur, combler l’espace vide du réfrigérateur avec des bouteilles d’eau ou encore éteindre le four quelques minutes avant la fin de la cuisson.

S’agissant des appareils produisant du froid, il faut éviter de les contraindre à surfonctionner en les laissant à proximité d’un appareil de cuisson ou d’un radiateur. À vos thermomètres : à titre indicatif, les températures recommandées sont entre 4 et + 5°C pour le réfrigérateur et – 18°C pour le congélateur.

Côté buanderie, on peut utiliser les programmes éco ou basse température pour limiter l’énergie consacrée à chauffer l’eau. Notons qu’un lavage à 30°C consomme 3 fois moins d’énergie qu’un lavage à 90°C. Et contrairement aux idées reçues, laver son linge à 30° suffit à éliminer les bactéries. L’ADEME estime que notre consommation annuelle d’électricité via le sèche-linge représente 350 kWh par an soit une cinquantaine d’euros. Alors vive l’étendoir !

Autres pistes : réduire notre utilisation du fer à repasser (est-ce bien utile de repasser des chaussettes ?) et du sèche-cheveux (vos cheveux ne s’en porteront que mieux !).

Et côté séjour ?

Commençons par faire la chasse aux nombreux appareils en veille : téléviseur, ordinateur, home-cinéma, lecteur DVD ou encore console de jeu. Ils peuvent représenter jusqu’à 10% de notre facture annuelle d’électricité. La solution radicale : les brancher sur une multiprise avec interrupteur. Ensuite, adoptons des gestes simples pour nos smartphones, enceintes, tablettes, etc. : une fois chargés, on les débranche (et on débranche aussi le chargeur de la prise).

Elle est petite et discrète et pourtant aussi énergivore que notre réfrigérateur… c’est notre box Internet ! La solution : la débrancher la nuit et pendant nos absences ou à minima couper le wifi lorsqu’on ne l’utilise pas.

Enfin, parlons éclairage puisque ce poste représente 12,8% de notre facture d’électricité annuelle3. Investir dans des ampoules LED est un bon calcul. À titre d’exemple, le remplacement d’une ampoule de 75W allumée 3 heures par jour par une ampoule LED de 8W d’intensité lumineuse équivalente vous fera économiser 10€ par an (soit 100€ sur 10 ans et 8 remplacements d’ampoules4).

Limiter sa consommation de chauffage

Le chauffage représente une part importante de nos factures d’énergie. Selon l’ADEME, 1°C en moins sur le thermostat c’est en moyenne 7% d’économies sur la facture.

Deux pistes à explorer pour chauffer moins. D’une part, réduire toutes les déperditions de chaleur en fermant les portes des pièces chauffées, en investissant dans des rideaux isolants ou des boudins de portes voire en laissant les volets fermés en votre absence. Vérifiez aussi que vos radiateurs sont dépoussiérés et purgés pour optimiser leur rendement.
Autre piste : s’équiper pour avoir moins froid. Un plaid bien chaud devant la télé, un pull en plus ou des sous-vêtements adaptés, des chaussons tout chauds, une couette épaisse pour la nuit…

Sachez aussi que chasser l’humidité dans notre intérieur permet de moins ressentir le froid tout en chauffant plus efficacement, d’où la nécessiter de bien ventiler et aérer.

Rappelons que les chauffages d’appoint s’avèrent souvent être une fausse bonne idée car leur consommation électrique est excessive.

Bien sûr, si vous disposez d’un compteur bihoraire, pensez à programmer un maximum d’appareils pour les faire tourner pendant les heures creuses (lave-vaisselle, lave-linge, sèche-linge…).

Finalement, ces éco-gestes sont des habitudes à prendre plutôt que des contraintes. Pour vous stimuler, n’hésitez pas à faire de fréquents relevés de compteurs pour mesurer les économies ainsi réalisées.

Pour aller plus loin, voici 3 applications gratuites :

Si vous avez un compteur Linky, n’hésitez pas à télécharger l’appli ‘Enedis à mes côtés’ pour suivre en direct vos consommations et déterminer quels sont les postes les plus énergivores de votre logement.

https://www.enedis.fr/faq/compteur-linky/compteur-linky-quelle-application-telecharger

EcoGator vous permet de calculer facilement votre consommation énergétique annuelle. Cette appli intègre un lecteur d’étiquettes énergie pour connaître l’impact sur votre facture d’électricité des appareils répertoriés.

https://www.apc-paris.com/actualite/mieux-comprendre-letiquette-energie-avec-lapplication-mobile-gratuite-ecogator

Informez-vous avec Écowatt. Cette appli mise en place par le gestionnaire réseau RTE propose une météo de l’électricité ainsi qu’une liste d’éco-gestes à adopter à la maison.

https://www.monecowatt.fr/application-mobile-ecowatt

1 source Ceren et Remodece, 2008 (hors chauffage et eau chaude)
2 source ADEME, Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie
3 source Association Française de l’Eclairage
4 source Le Club Led
CONTACTEZ UNE DE NOS AGENCES